Par sa contribution au PIB, aux recettes fiscales de l’Etat, mais aussi par ses effets d’entrainement sur le reste de l’économie, le secteur minier joue un rôle moteur pour le développement du Ghana. 2ème producteur d’or d’Afrique (116 tonnes produites en 2016), le pays dispose d’un potentiel minier encore sous-exploité au regard de ses réserves prouvées, notamment en fer et en bauxite. Le gouvernement juge aujourd’hui impératif de renforcer l’intégration de la filière ghanéenne en amont et en aval de la chaine de valeur de l’industrie minière car celle-ci demeure encore trop concentrée sur les activités à faible valeur ajoutée (low hanging fruits). Pour y parvenir, le régulateur s’appuie sur des réglementations de contenu local qui obligent les opérateurs miniers à se fournir localement pour un nombre croissant de catégories de biens et services, dont la liste est renégociée tous les cinq ans.