En 2018, les échanges commerciaux entre la France et l’Indonésie se sont élevés à 3,1 Mds d’euros (1,3 Mds d’exportations et  1,9 Mds d’importations), en recul de 12% par rapport à l’année précédente au cours de laquelle ils avaient déjà baissé de 19,5%. Principalement industriels, ces échanges sont tributaires de nos exportations aéronautiques (30% en 2018 après 54% en 2017). Hors aéronautique, nos exportations sont dynamiques (+14%) et ont cru plus rapidement que nos importations (+2%). Notre place sur le marché indonésien reste modeste, nous ne sommes que le 17ème fournisseur du pays (16ème en 2017) avec une part de marché de 0,9%.  En 2018, au sein de la région ASEAN, l’Indonésie était notre 4ème client et notre 5ème  fournisseur, ce qui ne reflète ni son rang de première économie de la région ni le stock d’IDE français en ASEAN (le second derrière Singapour). En 2015 et 2016, l’Indonésie était le pays d’ASEAN avec qui nous enregistrions le deuxième plus gros excédent commercia

En 2018, les échanges commerciaux entre la France et l’Indonésie se sont élevés à 3,1 Mds d’euros (1,3 Mds d’exportations et  1,9 Mds d’importations), en recul de 12% par rapport à l’année précédente au cours de laquelle ils avaient déjà baissé de 19,5%. Principalement industriels, ces échanges sont tributaires de nos exportations aéronautiques (30% en 2018 après 54% en 2017). Hors aéronautique, nos exportations sont dynamiques (+14%) et ont cru plus rapidement que nos importations (+2%). Notre place sur le marché indonésien reste modeste, nous ne sommes que le 17ème fournisseur du pays (16ème en 2017) avec une part de marché de 0,9%. 

En 2018, au sein de la région ASEAN, l’Indonésie était notre 4ème client et notre 5ème  fournisseur, ce qui ne reflète ni son rang de première économie de la région ni le stock d’IDE français en ASEAN (le second derrière Singapour). En 2015 et 2016, l’Indonésie était le pays d’ASEAN avec qui nous enregistrions le deuxième plus gros excédent commercial. En 2018, nous enregistrons avec l’Indonésie  notre 4ème déficit bilatéral en ASEAN. Au niveau mondial, en 2018,  l’Indonésie était notre 49ème client (33ème en 2016, 45ème en 2017), et notre 45ème fournisseur (rang égal en 2017), derrière les économies plus ouvertes que sont le Vietnam, la Thaïlande, la Malaisie et Singapour.

Nos échanges commerciaux avec le pays ont poursuivi la baisse amorcée en 2017, passant de 3,6 Mds d’euros à 3,1 Mds d’euros. Ils ont ainsi diminué de 12% entre 2017 et 2018, après une baisse de 19,5% entre 2016 et 2017. Le solde de nos échanges est déficitaire de 588 millions d’euros (1,3 Md € d’exportations contre 1,9 Md € d’importations). Il s’agit du deuxième déficit consécutif après quatre années d’excédents et il est 6,6 fois supérieur au déficit de 2017 (90 M €).

 

Commerce bilatéral France Indonésie
Source: Douanes françaises, Service Economique de Jakarta

 

En 2017, le total de nos échanges de services avec l’Indonésie s’est élevé à 1,7 milliard d’euros (les chiffres 2018 ne sont pas encore publiés). Nos exportations de services ont chuté, à 1 Md d’euros après 1,4 Md d’euros l’année précédente, soit -30%, tandis que nos importations de services ont cru de 50% (720 après 480 M €). Elles restent toutefois supérieures à nos échanges de biens hors aéronautique. Il convient de noter qu’en 2017 l’excédent de nos échanges de services (+280 M €) contrebalançait le déficit enregistré pour les biens la même année (90 M €). Cela pourrait ne plus être le cas en 2018.

L’apparition d’un excédent commercial à partir de 2013, puis d’un déficit en 2017, résulte  des variations de nos exportations aéronautiques. En effet, entre 2011 et 2018, nos exportations de matériel de transport ont fluctué entre 355 millions d’euros (en 2011) et presque 2 Mds d’euros (en 2016). Les avions  représentaient à eux seuls plus de 70% de nos exportations à leur maximum en 2016 (1,9 Md €), puis 54% en 2017 et seulement 30% en 2018 (-61%, 364 M €).

commerce bilatéral et aéronautique
Source: Douanes françaises, Service Economique de Jakarta

 

Si nos exportations totales ont diminué de 26,9% entre 2017 et 2018, hors aéronautique, elles ont en revanche progressé de 14,1%, dans un contexte où les importations totales de l’Indonésie ont crû de 20% hors pétrole. Nos ventes sont tirées par les équipements mécaniques, le matériel électrique, électronique et informatique qui, ensemble, constituent notre premier secteur d’exportation (33%). Cette hausse illustre la bonne dynamique de l’investissement en Indonésie. Le matériel de distribution et commande électrique (6,3% de nos ventes), en hausse de 24% (80 M €) constitue le premier poste d’exportation au sein de ce secteur.  Nos exportations de câbles de fibres optiques (multipliées par 15, à 27 millions d’euros) et nos  exportations d’équipements de communication (multipliées par 5, à 41 M €) ont connu les progressions les plus importantes. Elles sont stimulées par les projets de développent du réseau de télécommunications indonésien. On observe aussi une hausse de 33% de nos exportations de machines (machines agricoles, pour les industries textiles et agroalimentaires, pour le travail du caoutchouc et du plastique et pour la manutention).

Les produits laitiers et fromages qui étaient traditionnellement notre second poste d’exportation vers l’Indonésie, sont désormais troisième (5,6%), avec un montant exporté de 71 millions d’euros, en baisse de 19%. A partir de 2019 ils pourraient pâtir de la concurrence des produits laitiers australiens sur lesquels les droits de douane sont supprimés dans le cadre du CEPA signé début mars.

Parmi nos autres principaux postes d’exportation, les préparations pharmaceutiques (3,4% de nos exportations) enregistrent une belle progression (+9%, à 43,5 M €), de même que les parfums et cosmétiques (+16%, à 8,5 M€) et les huiles essentielles (+21%, à 27 M€). Enfin, il convient de noter que nos exportations de vins et boissons alcoolisées distillées ont cru respectivement de 45% et 62%.

Exportations françaises vers l'Indonésie
Source : Douanes françaises, Service Economique de Jakarta

Nos importations ont augmenté de 1,8%, soit moins vite que l’année précédente (+7,7%), et atteignent 1,85 milliards d’euros. Nous importons principalement des produits manufacturés et notamment des industries du textile et des chaussures (34% de nos importations totales).  Les chaussures comptent à elles seules pour 21% des importations françaises en provenance d’Indonésie, en hausse de 15% (389 M€ après 338 M€). Les vêtements représentent quant à eux 11% de nos importations (20,5 M€). Les équipements électriques (notamment les moteurs, générateurs et transformateurs électriques, les appareils électroménagers, le matériel de distribution et de commande électrique) comptent pour 21% de nos importations (392 M €).

Nos importations de produits agricoles en provenance d’Indonésie sont en baisse de 27% par rapport à 2017. Dans un contexte de chute des cours des matières premières, nos importations sont tirées à la baisse par le caoutchouc (-25% en valeur, -1,3% en volume), notre 6ème poste d’importation, mais aussi les épices (-50%), le café, le thé et le cacao (-63%). En revanche, nos importations d’huile de palme sont en hausse (+60% en valeur, +87% en volume) et constituent notre 7ème poste d’importation (62,8 M€, 3,4% du total).

La  France était le 17ème  fournisseur de l’Indonésie en 2018 avec une part de marché de 0,93%, et son 24ème client recevant 0,6% des exportations indonésiennes. Cette part de marché française reportée par l’Indonésie n’inclut pas l’aéronautique[1], mais sa baisse par rapport à 2017 (1,03%) s’explique par une croissance de nos exportations hors aéronautique moindre que celle des importations indonésiennes totales (+20%). Les principaux fournisseurs de l’Indonésie sont asiatiques, il s’agit de le Chine avec 24% de part de marché, de Singapour (13%) et du Japon (10%). L’Union Européenne se place 4ème avec 7,7% de part de marché principalement du fait des exportations allemandes (2,2% de part de marché), italiennes (1%), françaises et néerlandaises (0,7%). Les Etats-Unis sont le 6ème fournisseur de l’Indonésie, avec 5,6% de part de marché, derrière la Thaïlande (5,8%).



[1] Le poste aéronautique n’est pas comptabilisé dans les statistiques des importations indonésiennes : En 2018, le pays reporte des importations aéronautiques totales de 280M USD, soit moins que les exportations françaises, de 371M USD à elles seules.